Mon lycée: la chartreuse de Boserville.

Publié le par Paul GANTOIS

Lycée TP St Michel de Bosserville.
Les Chartreux sont installés en 1632 à Nancy au domaine de Sainte-Anne par le Duc de Loraine Charles IV (duc de 1624 à 1675). Mais avec le temps les moines ne désirent plus rester à Sainte-Anne car les environs sont trop passagers et bruyants et que les moines Chartreux sont essentiellement tourné vers la prière et recherche donc un endroit de silence et de solitude. Le Duc leur cède alors la propriété de Bosservilleancien bien de la famille de Lisseras, éteinte sans descendance. Le terrain est à l’abandon, buissons et arbres ont repris le dessus sur les ruines de quelques masures, mais le lieu convient au prieur Dom Pierre d’Hoffelize. La donation de Charles IV est de février 1666, elle sera confirmé par Louis XIV en 1671, puis par le nouveau Duc Léopold en 1715. Les religieux acquièrent le droit de justice, de main morte, ils perçoivent la dîme, ont privilège de pêche, de mouture et de pâture et sont dispensés de toute redevance : les Chartreux sont maîtres chez eux indépendants et peuvent entreprendre le vaste chantier monastique.

C’est en 1666 que Charles IV pose la première pierre de la Chartreuse de Bosserville sous le pilier droit de l’église.

C’est sur plus de 60 années que va s’étaler la construction du monastère ; la seule période d’interruption notable s’étend de 1700 à 1709.C’est vers 1730 que l’on peut situer l’achèvement des travaux. Il faut faire exceptions des six cellules septentrional qui ne seront construites qu’à la fin du XIXème siècle. La paternité des plans de la Chartreuse semble difficile à établir : l’obscur ingénieur Collignon ? le frère convers Laurent Petit d’Orléans ? Peu importe, car la rigoureuse simplicité choisie dès le départ ne sera jamais perturbée par la suite et les maîtres architectes peuvent se mettre au travail : Jean Gravelo d’abord, puis Giovanni Betto, lequel a d’autres réalisations à son actif en Lorraine comme la Cathédrale primatiale de Nancy. Petite ironie de l’histoire, la Chartreuse va bénéficier d’une des clauses du traités de Vincennes que Charles IV a ratifié en 1961. Louis XIV, refusant l’idée d’une Loraine trop puissante avait exigé la destruction d’un certain nombres de places fortes, dont les remparts et les portes de Nancy ; les maçons trouvèrent là, par accord ducal, leur première réserve de matériaux - briques et pierres de tailles – pour le chantier bosservillois .La seconde et importante réserve sera celle du château de Pont-Saint-Vincent et l’on peut imaginer les longues théories de chariots convoyant toute cette masse à pied d’œuvre. Quatorze années après la pose de la première pierre, l’an 1680 marque un premier jalon. L’aile droite du bâtiment de façade est terminée, église et grand cloitres sont commencé, deux cellules et la salle capitulaire sont achevées : la bénédiction de cette dernière, marque le début de la pleine observance de la règle de St Bruno et l’entrée en solitude des premiers Chartreux.

En 1712, le deuxième Jalon est la consécration de la Nef principale. A cette date l’essentiel des bâtiments est terminé et jusqu’en 1730, ce sont surtout des travaux de finition et d’embellissement qui animent le monument : menuiserie, sculpture et peinture. Il faut maintenant attendre prêt d’un siècle , c'est-à-dire l’année 1873, pour que les six cellules Nord du grand cloître soient mise en chantier, mettant la dernière touche de géométrie à l’élégante sobriété de la Chartreuse. Entre temps celle-ci aura connu bien des tourments. Si l’on prend l’année 1680 (les premières années en solitudes) comme point de départ, les moines n’auront occupé la Chartreuse de Bosserville que 176 années. Fidèle à leur devise (Stat crux dum volvitur orbis = la croix demeure ou se dresse pendant que tourne le monde) ils sont allés dresser la croix ailleurs ; mais les murs de Bosserville, eux aussi vont rester debout. Après ce deuxième départs  la Charteuse de Bosserville devient petit et grand Séminaire en 1908. Les deux établissement des prêtres vont cohabiter jusqu’en 1936 date à laquelle le grand Séminaire déménage à Villers-Lès-Nancy dans les locaux neufs. Le petit Séminaire quand à lui réside à Bosserville jusqu’en 1950, date à laquelle il se dote à son tour de locaux modernes, sur le domaine de Renémont à Jarville. En cette moitié de siècle, la Chartreuse est une fois de plus inoccupée et l’on pouvait se demander quelle allait être son devenir. Procession de l’association Diocésaine de Nancy depuis 1926, celle-ci n’avait évidement plus les moyens d’entretenir une telle surface. C’est en 1948 que la Chartreuse est classé monument historique.  Des rénovation sont faite par des usine de Pont-à-Mousson, essentiellement des dommages de guerre. Et c’est en 1960 que l’école de formation professionnel se trouvant à l’étroit rue des Tiercelins vena prendre place à Bosserville et se donna le nom de « l’Ecole Privée St Michel » que l’on appel vulgairement aujourd’hui « Boboss ».  Voilà la petite histoire de la Chartreuse de Bosserville.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article